J’avais aperçu sur le très bon site Creative Applications (dont j’ai souvent lié des articles ces derniers temps), l’article sur la vidéo “unnamed soundsculpture” de Daniel Franke & Cedric Kiefer.

Je pense que quelque chose faisait que je ne voulais pas regarder la vidéo en elle-même, comme si la promesse des images extraites faisait me suffisait. Comme une peur de la déception, une peur de perdre cet avant-goût dans une réalité décevante.
Et c’est un peu près ce qui s’est passé quand j’ai finalement appuyé sur le petit triangle. Une sensation de quelque chose de pas clair, et comme souvent, l’impression de regarder une démonstration d’algorithme, de logiciel, plutôt que quelque chose d’entier, une “pièce” comme on disait au début du siècle précédent. La fin m’a cependant réconcilié avec mon avant-goût, me laissant, ce qui tombe bien, un arrière goût plaisant (et, ce qui est toujours agréable, une envie de faire, plutôt qu’un poids dur à digérer).

“unnamed soundsculpture”, image de fin

Chose amusante, après mettre re-fait avoir par des images extraites d’un film pleines de promesses non-tenues (je m’attendais à vraiment autre chose dans le traitement de la déformation), je suis tombé sur cette vidéo.

La chose amusante, est que la musique est de