Je débute aujourd’hui une série de billets consacrés, pour être simple, à mes artistes préférés, qui, pour une raison étrange (mais assez logique, je les connais) ne sont pas ou pas assez représentés sur ce blog…

C’est donc par Pierre Huyghe que je commencerai, et l’occasion m’en est donnée grace à l’exposition ZOO, qui vient de débuter au MACM (Musée d’art contemporain de Montréal). Et c’est d’ailleurs cette même exposition qui me donnera l’occasion de parler d’Ai Weiwei (encore une fois, je ne comprends pas du tout cette absence sur ce site !), le récemment très médiatique artiste chinois, dont les œuvres ne cessent de me toucher.

Mais venons-en aux faits.

Pierre Huyghe, Recollection, 2011.

Je me rends compte que les pièces de Pierre Huyghe sont assez difficilement retranscriptibles en photo, et je pense aussi en vidéo. Il y a beaucoup de perte et les images deviennent fades. Recollection, présentée dans le cadre de l’exposition ZOO, et qui semble avoir été exposée lors de la dernière édition de Frieze, est une installation, constituée d’un aquarium, plongé dans la pénombre, rempli de roches et habité de petites araignées des fonds marins au crane triangulaire, et, d’un bernard l’ermite ‘tuné’ avec une reproduction d’une tête de Brancusi.
La tête, accrochée, soudée à son bernard l’ermite (dont le nom savant est Paguroidea, comme nous l’apprend Wikipédia) se retrouve donc à errer au fond de l’aquarium, suivant les mouvements de son animal-siamois cherchant sans relâche (et sûrement dans un oubli perpétuel) la sortie de cette boite verre, de cet océan fini.

Pour ce qui est de la suite de l’article, je m’en remettrai essentiellement à des images d’anciens projets de Pierre Huyghe glanées sur le web.
J’ai eu la chance de voir son exposition monographique au MAM de la ville de Paris > Celebration Park, en 2006. Je me souviens surtout de la vidéo du spectacle de marionettes sur les “errances créatives” de Le Corbusier, mais aussi des images de son voyage filmé dans le grand Nord (et de cette ‘magiquenifique’ boule lumineuse allumée sur la banquise), ou encore l’installation au pingouin co-réalisée avec François Roche (troisième de la liste de ces articles « coup de cœur »).

Place aux images.

Timekeeper

THIS IS NOT A TIME FOR DREAMING, 2004 16mm FILM TRANSFERRED TO DIGITAL BETA; COLOR, SOUND; 24 MIN. INV.#9514

Pierre Huyghe, Aquarium, 2012

Et pour finir, Pierrehuyghe.com. On dirait du Closky (et hop, un autre article à faire)… qui se trouve avoir été le compagnon de collectif de Pierre Huyghe : les frères Ripoulin, collectif fondé à leur sortie des Arts Déco, en 1985, soit environ 4 ans avant que les M/M ne s’y rencontrent. Ceux-là même qui travaillent et ou travaillaient avec Philippe Parreno, autre collègue de projets de Pierre.

Et voilà, c’est la fin.