Créez des images, belles et brutes, rajoutez y une couche ou deux de signes, ajustez votre lettrage au besoin et saupoudrez d’une typo choisie et assumée. Répétez l’opération le nombre de fois désirées. Laissez reposer quelques minutes avant de servir. Se conserve très bien à l’air libre.

40_sclavis

49_jazzdor10berlin2

Petit billet Annuaire sur Helmo, que Quentin appelait «les 2/3 de La Bonne Merveille†» dans un post de 2010 consacré à leur très belle série pour les Pronomades. Je ne suis malheureusement pas très inspiré pour développer une belle prose lyrique sur leur travail. Dommage, car je l’apprécie beaucoup.

Simplicité.
Reste, que comme toujours, la justesse des choses trouve toujours sa place dans une simplicité de processus. Peu importe la multiplicité des éléments si ils sont clairement lisibles. En ce sens, la sérigraphie est une voie très formatrice, et très efficace. Être obligé de séparer les couches invite à raffiner non seulement le dessin d’ensemble mais aussi chacune des couches. C’est peut-être le processus qu’a suivi Helmo, remplaçant une des couches d’encre par une (2/3/ 4) couche(s) de photo(s). Un travail éminemment pertinent en affiche.

Produire des images.
Doter un projet de sa propre voix, d’un timbre, d’un identité. Constituer son paysage, sa faune et sa flore.
Dans cette idée, pourquoi ne pas produire une série d’images (de dessins, de vidéos, de signes, de lettrages, …). En faire une base, puis jouer avec. Constituer un territoire pour ensuite venir l’habiter. Quelque chose qui sort de support, qui peut vivre en dehors du produit de communication, qui peut rester après, quand “l’éphémère contractuel” du festival aura disparu. {comme la série Lumière blanche ou les illustrations photos des Pronomades} C’est donc à la base un territoire plus grand que les éléments épars (affiches, flyers, …). Ce n’est pas non plus un système (une autre voix possible). Et cela rend chaque objet logique, simple, adapté. Car ce n’est pas l’affiche déclinée en dépliant. C’est le territoire qui s’installe dans un dépliant, avec les logiques et contraintes intrinsèques du support.

Bref, on s’éloigne peut être un peu du travail d’Helmo, et je pense enfoncer des portes ouvertes, mais bon, cela fait toujours passer de l’autre côté de l’ouverture.
55_detailsiana3 40_poulsen 53_couv-gaite 27_02 38_sonodetail4

Toutes les images sont donc à retrouver sur le site d’Helmo.