Assumer une affiche surréaliste ou tenter de la rationaliser ?
Étienne Hervy, président du Festival de Chaumont, préfère rester sage…

 

Je ne sais pas si c’est parce que son affiche a suscité une vive polémique mais je viens de découvrir cette vidéo où Étienne Hervy tente de justifier la pertinence de l’affiche du Festival de Chaumont 2013 (dont il est le directeur) et qui a été réalisé cette année par Christophe Jacquet (dit Toffe) : il s’embourbe alors dans des explications surréalistes sur la qualité des saumons démocratisés et sur l’écriture d’une personne atteinte d’une maladie dégénérative…

Je n’ai pas d’avis tranché au sujet de cette affiche, mais vu qu’elle est relativement « osée » et qu’elle s’inscrit dans la continuité de la démarche créative de Toffe « graphiste-artiste », alors autant l’assumer comme tel et le revendiquer, plutôt que d’essayer de se cacher derrière des justifications approximatives !

Ça me rappelle cette magnifique vidéo de Starck qui expliquait son intervention sur le design de la Freebox révolution, ou encore ce site qui référence les explications bidons des créatifs en manque d’inspiration.