Je crois que je peux voir ce que vous êtes en train de faire…

Watch_Dogs (dont nous vous avions déjà parlé ici) est un jeu-vidéo dont l’action se déroule dans un Chicago futuriste où tout est contrôlé par un système informatique omniscient. Si la thématique et la bande-annonce m’avaient vraiment enthousiasmé l’année dernière, je suis aujourd’hui beaucoup plus réservé quant au potentiel de ce jeu.
Mais je n’ai pas l’intention de vous parler du jeu en lui-même…

 

 

Pour promouvoir la sortie de son jeu (prévue pour la fin de l’année 2013), Ubisoft s’est associé à BETCdigital pour lancer WeareData : ce site rassemble un très grand nombre de données « publiques », collectées puis mises en scène sur des cartes 3D. On peut donc naviguer sur des plans des villes de Londres, Paris et Berlin, qui affichent des informations sur les différents quartiers (taux de chômage, de criminalité…) et en temps réel l’emplacement d’une caméra de surveillance en fonctionnement, le passage d’une rame de métro, l’emplacement et le contenu d’un tweet ou d’une photo instagram, etc.

 

wearedata1

wearedata2

 

Le making-of permet de remettre les pieds sur terre (les créateurs du projet parlent aussi bien anglais que moi et jouent la comédie comme des pieds) :

 

Ce projet, fascinant, s’inscrit dans la thématique du jeu (qui vise à éveiller les consciences quant à la prolifération des données partagées, et le danger potentiel qu’elle représente) mais nous laisse tout de même un sentiment ambivalent : le clin d’œil complice qui nous est adressé et qui semble dire « nous sommes du même bord, nous ne sommes pas dupes des systèmes de surveillance, amusons-nous avec ! » mêle un propos d’actualité terriblement grave (les récentes révélations de Snowden au sujet de PRISM en sont un exemple tout frais) à un site plutôt joli, amusant à utiliser, et qui nous invite à nous connecter via Facebook pour partager encore plus d’informations personnelles (!?)

Il retranscrit finalement bien le propos du jeu-vidéo dont il est destiné à faire la promotion, et se heurte aux mêmes limites :
le jeu (vidéo) est-il un moyen pertinent d’éveiller les consciences ?

Ce que je trouve particulièrement cynique avec ce projet, c’est qu’en surfant sur la vague de la dénonciation des collectes de données, une grande entreprise privée (en l’occurrence une importante agence de pub) est en mesure de réaliser un tel projet avec une équipe de seulement 15 personnes… Étant-donné qu’Ubisoft et BETC doivent s’imposer une forme d’auto-censure quant aux données collectées/publiées, je n’ose pas imaginer quels genres de traitement de données (publiques et personnelles) ces mêmes entreprises privées sont en mesure de réaliser, cette fois-ci en coulisse et sans réserve, pour leur propre compte.