Phillip Stearns réalise des tapis en s’inspirant de motifs résultants de défaillances vidéo…

 

Tous deux définis par une grille quadrillée, pixel et textile ont souvent été associé (pour des projets plus ou moins pertinents…).
À ma connaissance, ce genre d’association implique rarement du « glitch art ».

 

Le glitch art est l’esthétisation d’erreurs analogiques ou numériques, comme des artéfacts ou des bugs, par corruption de code ou de données ou manipulations d’appareils électroniques.

Wikipedia

 

Phillip Stearns a commencé en collectant une série d’écrans glitchés (une capture d’écran par jour sur sur son tumblr Year of the Glitch).
Il a ensuite mené une campagne Kickstarter pour financer son projet de « vendeur de tapis » :

 

Je trouve particulièrement intéressant que ce véritable passionné du motif « glitch » (il partage notamment sur son site toute une série de ressources pour qui voudrait se lancer dans la création de telles images) aie réussi a donner une forme très concrète, et vraisemblablement couronnée de succès, à ce qui aurait pu se limiter à un obscur hobby de geek-infographiste…