Puisque les  typos et les mises en page se recomposent de façon « responsive »,
pourquoi les images et les icônes n’en feraient pas de même ?

responsive-icons-animation

Iconic a récemment terminé une campagne Kickstarter qui a permis de recueillir pas moins de 92 624 $ (oui vous avez bien lu) soit 618% de plus que les 15 000 $ demandés initialement.
Avec cet argent, Iconic souhaite mettre en place des méthodes et une technologie permettant l’intégration et la customisation d’icônes « sensibles » pour « révolutionner » les pictos sur le web (rien que ça)…

 

 

On peut d’ores et déjà découvrir sur leur site des icônes qui répondent à des paramètres de codes (donnent l’heure, réagissent aux sons…) ou dont les attributs sont totalement paramétrables en direct (épaisseur du trait, style, etc.)

 

iconic-customize iconic-smart

 

Si l’idée est séduisante et laisse entrevoir un peu le futur, je trouve que ce concept pose malgré tout de nombreuses questions sur le sens que l’on donne à un picto/une icône :
– sa forme doit-elle être figée ? doit-elle répondre à son environnement ?
– le fait d’être représenté en plus grand justifie-t-il l’ajout de détails ?
– les détails du dessin donnent du sens : en ajoutant des détails ou du mouvement, on brise l’aspect symbolique/universel pour tendre vers la figuration. Quel style adopter ?